Stress et confiance en soi au travail

La clé de nos comportements réside dans l’estime de soi, laquelle est fondée sur trois piliers :

  1. Le tempérament, constitué des motivations et des préférences profondes, c’est le socle de la personnalité.
  2. La confiance en soi, dite spontanée, s’affirme à l’âge de 3 ans, lorsque l’enfant se met à dire non, et se renforce à la puberté.
  3. Enfin, le caractère se construit à chaque étape du développement et des expériences vécues par l’individu.

Il suffit d’un manque, d’un raté lors de notre développement pour que l’estime de soi soit abimée, fragilisée. Adulte, des situations précises comme, devoir s’adresser à une figure d’autorité, manager une équipe, négocier un gros contrat… peuvent faire ressurgir cette vulnérabilité et parfois engendrer de l’inconfort. Des problèmes qui risquent d’entraver les projets que nous entreprenons et créer un stress difficile à gérer, un stress susceptible de générer un grand malaise psychologique. Mais quelles solutions avons-nous à notre disposition pour renforcer notre confiance en nous au travail et éviter ou mieux encore appréhender son stress ?

Savoir reconnaître nos points forts, nos réussites et nos échecs

Il est vrai que dans un premier temps, il est préférable d’avoir identifié ce manque de confiance en nous. Savoir observer nos échecs et nos réussites du quotidien peut être le point de départ de l’amélioration de notre assurance. Ceci implique d’avoir suffisamment pris de recul sur nous-même, d’avoir su prendre de la hauteur sur notre situation et d’avoir pu identifier les contextes dans lesquels s’est manifesté notre manque de confiance en nous et les moments où il nous a empêché d’agir. Cependant, il est tout aussi important de s’arrêter sur ce que l’on est parvenu à faire, ce que l’on a réussi dans notre vie de tous les jours. Imaginons que notre confiance en nous et notre assurance sont les pneus d’une voiture, dans ce cas-là, l’identification de nos réussites joue le rôle d’un gonfleur lorsque ces derniers sont à plat. En ce qui concerne les événements que l’on considère comme des échecs, il est primordial de focaliser sur le positif en se posant les questions suivantes : qu’ai-je appris de cette expérience ?  Qu’est-ce que cette événement m’a montré ? Quels messages constructifs je peux en extraire ?

Cet exercice est souvent compliqué à pratiquer seul, il est parfois préférable de faire appel à un coach ou un formateur professionnel. Non seulement, il bénéficie d’une expertise dans ce domaine mais en plus il sera capable d’établir un diagnostic objectif et précis dans le but de remédier à ce défaut de confiance.

Sur le même principe, le stress n’est pas une maladie ou une bactérie que l’on peut soigner avec un médicament bien précis ! Vivre sous l’effet du stress, c’est être dans un état de tension, c’est se sentir agressé par les événements extérieur, le stress est une réponse, à la fois physique et psychique. Le stress au travail est le facteur déclencheur numéro 1 de l’épuisement professionnel et de la dépression. Il est donc d’abord important, de savoir reconnaître et en identifier les symptômes avant de pouvoir réagir face à ce dernier, souvent j’entends « le travail me stresse », mais cet état de fait n’est que la surface apparente du problème… quelque chose de plus profond peut certainement en être la source originelle. Il est donc important de ne pas baisser les bras car des solutions existent pour mieux connaître, prévenir et gérer son stress.

Apprendre à croire en nous

Avant toute chose, dissipons tout de suite une croyance populaire qui vise à nous faire croire que la confiance en soi c’est, en partie du narcissisme. La confiance en soi ce n’est pas ça, c’est un comportement vis-à-vis de nous-même qui nous permet de sortir de la pensée et d’entrer dans l’action, de prendre des initiatives et surtout d’anticiper des situations. La confiance en soi nous offre souvent le succès et nous permet de concrétiser des projets et en parallèle elle renforce l’affirmation et l’estime de soi, elle peut nous faire vivre de très belles sensations. En revanche, si la confiance en soi est aux abonnés absents, elle peut entrainer une grande souffrance et parfois une stagnation voire une inertie, en particulier au travail.

Pour la préserver ou l’accroître il existe quelques petites techniques, à commencer par celle d’arrêter de se comparer aux autres. Ne serait-ce pas plus utile et constructif de se dire qu’est-ce que l’Autre m’a appris ou peut m’apporter ? Le regard des autres ne doit pas être un frein, il doit être un moteur ! Certaines personnes réussissent mieux que moi ? Et alors ? C’est une bonne chose ! Je peux peut-être communiquer avec ces personnes, elles peuvent peut-être partager avec moi leur expérience, ainsi je pourrais apprendre de leur retour. Oui, il est important d’agir et de ne pas se cacher derrière des oui mais…  ou des c’est plus facile à dire qu’à faire. C’est dans l’action que l’on avance, pas dans la rumination ! La meilleure des choses à faire est de centrer son attention sur ce qui peut nous apporter le mieux, le positif, le constructif. Il faut penser à transformer l’obstacle en tremplin !

Augmenter notre confiance en nous

Tout d’abord, il est important de casser une idée reçue ! Celle que la timidité serait synonyme d’un manque de confiance en soi… ceci est totalement faux ! On peut être timide tout en ayant la confiance et les capacités nécessaires pour affronter une situation professionnelle. Il existe, simplement, dans la population des traits de caractère différents. Si la timidité était liée à un manque de confiance en soi, alors on pourrait dire qu’un extraverti excessivement à l’aise en public pourrait chercher à cacher un manque de confiance en lui ! Concernant l’augmentation de notre confiance il est essentiel de dire, en premier lieu, que l’assurance et la confiance en soi ne sont pas des attitudes qui se décident ou se décrètent un jour précis de notre existence ! Elles sont des qualités que chacun d’entre nous met du temps à acquérir. Pour les entretenir et les préserver, elles impliquent un travail de tous les jours et une attention particulière parce qu’elles sont précieuses.

Comme nous l’avons dit, un manque de confiance en soi peut générer du stress face à certaines situations, il peut même en être la source. Ce manque de confiance peut aussi affecter différents aspects de notre vie et notamment le domaine du travail. Il peut entraver les relations avec les collègues de travail, il peut empêcher d’être efficace ou zen, il peut même nous donner une mauvaise image de nous-même. Avoir conscience et identifier son manque de confiance en soi ouvre la voie vers les solutions les plus adaptées pour le traiter.

Derniers articles

Espace commentaires

Contactez-nous !

Laissez-nous un petit mot, nous reviendrons vers vous rapidement.

Illisible ? Changez le texte.