Quête de sens au travail

Depuis plusieurs années, baby-foots, petits déjeuners collectifs, et espaces de travail ludiques ont envahi les entreprises pour y insuffler la philosophie « start-up » plus ou moins attractive pour les collaborateurs. Ces techniques tout droit issues du happiness management n’abordent pourtant pas l’essentiel : le sens que l’on donne à son travail. Une question profondément liée à celle de l’engagement, de la cohésion et qui représente un enjeu de compétitivité et de productivité pour les entreprises et un enjeu vital pour les êtres-humains que sont les collaborateurs.

La quête de sens au travail : qu’est-ce que c’est ?

Premièrement, il faut prendre soin de bien distinguer la notion de « sens au travail » et celle du bonheur ou du bien-être au travail. Même si trouver un sens dans son activité professionnelle contribue au bien-être et à l’épanouissement, ce n’est pas la même chose. Pour parvenir à comprendre la quête de sens au travail, il faut creuser trois aspects de cette notion :

  • L’émotionnel : c’est-à-dire le fait de ressentir plus d’émotions positives que négatives dans son activité professionnelle.
  • Le cognitif : c’est-à-dire le développement des compétences dans sa profession, la satisfaction personnelle qu’apporte le contenu des missions du poste et l’impact qu’ont les résultats des actions professionnelles.
  • L’aspirationnel : ici on parle des sentiments de cohésion et d’adhésion au projet global de l’entreprise pour laquelle on travaille.

Si malheureusement l’un de ces trois aspects n’est, globalement ou en partie, pas satisfaisant, l’entreprise cours le risque de voir un collaborateur perdre son implication dans la réalisation de ses tâches, voire pire il risque de partir vers d’autres horizons.

Ressources humaines : comment travailler sur le sens au travail ?

Dans un premier temps, pour donner du sens aux missions des collaborateurs il est primordial de communiquer. On ne parle pas de communications sur le prochain after work ou le projet team building, mais de communications régulières sur la stratégie et la vision de l’entreprise. Oui parce que pour parvenir à donner du sens à son travail, il faut déjà savoir pourquoi on le fait et dans quel but on le fait.

Ensuite, les Ressources Humaines ont aussi la possibilité de créer une proximité avec les collaborateurs, ceci dans le but de leur donner une définition claire de leur rôle, de leur expliquer l’intérêt de leurs missions. Cette proximité permet aussi de d’évoquer de manière plus fluide les objectifs, les résultats attendus et offre également une certaine liberté aux collaborateurs pour communiquer leurs ressentis, leurs besoins et pourquoi pas leurs désirs de formation.

Enfin, les RH peuvent actionner le levier de la flexibilité du temps de travail car cette flexibilité fait partie des éléments essentiels de l’épanouissement au travail. On peut envisager des solutions concernant les modes de travail, les horaires adaptés ou encore le télétravail… Cela sera perçu comme un acte de confiance envers les collaborateurs, offrir une certaine autonomie participe au sentiment d’utilité. 

Les managers : comment travailler sur le sens au travail ?

Les managers ont aussi un rôle important pour apporter du sens aux missions des collaborateurs. Ils peuvent adopter une stratégie de feed-back positif, c’est-à-dire signaler l’impact positif du travail d’un collaborateur sur les objectifs de l’entreprise, ou encore valoriser les réussites de chacun. Le tout, bien entendu, de manière régulière et continue car plus un collaborateur sera conscient de sa capacité à faire évoluer son entreprise, plus il sera motivé et donc impliqué dans la stratégie et le développement de l’entreprise.

Mettre en place une collaboration utile

Pour savoir par où commencer pour effectuer un travail sur le sens au travail, il faut que les dirigeants, les ressources humaines, les managers et les collaborateurs travaillent main dans la main afin d’identifier les attentes prioritaires. Une fois les fondamentaux identifiés et définis en collectif (les conditions de travail, travailler sur la bienveillance, limiter le stress, respecter l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle) que les autres éléments, plus superficiels prendront une légitimité (team building, déco, afterwork…).

La quête de sens dans son travail n’est pas une nouvelle lubie du développement personnel, elle est un véritable enjeu essentiel qu’il faut appliquer à toutes les strates de l’entreprise. Ces effets sur les performances d’une entreprise sont rapidement visibles et mesurables. L’augmentation des burn-out et autre bore-out montre l’importance de redéfinir nos modes de travail. Comment ? En replaçant l’humain au cœur des préoccupations des entreprises.

 

Derniers articles

Espace commentaires

Contactez-nous !

Laissez-nous un petit mot, nous reviendrons vers vous rapidement.

Illisible ? Changez le texte.